French Tech : les 10 plus grosses levées de fonds de 2021

L’année 2021 a été exceptionnelle pour les start-up françaises en termes de financement. Le record est décerné à Sorare, pépite de la crypto, qui a bouclé un tour de table de 680 millions de dollars. Retour sur les plus grosses levées de l’année.

L’année 2021 restera marquée d’une pierre blanche dans l’histoire de la French Tech. D’après la banque d’affaires d’Avolta Partners, la barre symbolique des 10 milliards d’euros a été dépassée début décembre, soit le double de 2020. Ce record est notamment dû aux méga levées de fonds qui ont fait naître de nouvelles licornes, dont la dernière en date est la fintech Lydia .

Voici les 10 plus grosses levées de fonds de l’année 2021, qui ont toutes été converties en dollars. A noter également que les start-up qui n’ont plus leur siège social en France (comme Algolia) ont été exclues de ce classement.

 

1. Sorare (cryptomonnaies) : 680 millions de dollars

Elle était pratiquement inconnue en 2020. Son tour de table record de 680 millions de dollars , la valorisant 4,3 milliards de dollars, l’a mise sur le devant de la scène. Créée début 2019, cette start-up a développé un jeu de « fantasy football » accompagné de cartes digitales basées sur des NFT, ces jetons numériques authentifiés et traçables sur la blockchain. Plus de 215 clubs sont partenaires de Sorare dont le PSG et le FC Bayern.

Fait marquant : Sorare est déjà rentable et prévoit de réaliser 100 millions de dollars de revenus en 2021.

2. Mirakl (e-commerce) : 555 millions de dollars

Mirakl fait partie des rares start-up françaises à avoir une renommée internationale. Aujourd’hui, ce spécialiste de la place de marché compte plus de 300 clients répartis dans 40 pays dont Carrefour, The Kroger Co ou encore Toyota. Cette expansion internationale a de nouveau ouvert l’appétit des investisseurs en septembre 2021 qui ont injecté 555 millions de dollars pour une valorisation à 3,5 milliards de dollars. Sa précédente levée de fonds de 300 millions avait eu lieu un an auparavant pour une valorisation moitié moins élevée.

Fait marquant : quand Mirakl a levé 555 millions, elle comptait… 555 salariés.

3. Contentsquare (logiciel) : 500 millions de dollars

L’année 2021 a été ponctuée par trois événements majeurs dans la vie financière de Contentsquare, spécialiste de l’expérience utilisateur sur Internet : deux acquisitions (Hotjar et Upstride) et une levée de fonds à 500 millions de dollars . Ce tour de table, mené par le géant nippon Softbank, a valorisé la start-up 2,8 milliards de dollars. De quoi lui permettre de recruter 1.500 personnes dans les trois années à venir, alors qu’elle compte actuellement 1.000 salariés.

Fait marquant : Contentsquare a recruté en décembre 2021 l’ex-patronne de la French Tech, Kat Borlongan, en tant que directrice de l’impact .

4. Qonto (fintech) : 400 millions de dollars (montant non confirmé)

Les néobanques pour entreprises ont autant la cote que leurs homologues dédiés aux particuliers. Preuve en est avec la dernière levée de fonds de Qonto qui valoriserait la fintech à plus de 4 milliards de dollars, comme l’a révélé « Les Echos » en novembre 2021 . La fintech n’a pas encore communiqué sur cette opération qui a fait entrer le célèbre hedge fund américain Tiger Global à son capital. En 2021, Qonto a dépassé la barre des 200.000 clients répartis entre la France (la majorité), l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie.

Fait marquant : Qonto a abandonné sa demande d’établissement de crédit et a noué, à la place, un partenariat avec la plateforme October .

5. Ledger (cryptomonnaies) : 380 millions de dollars

2021 a été une bonne année pour le marché des cryptomonnaies. Et l’a donc été pour les start-up qui évoluent dans ce secteur à l’image de Ledger qui a levé 380 millions de dollars en juin dernier . Le spécialiste de la conservation de cryptomonnaies a ainsi obtenu le statut de licorne avec une nouvelle valorisation de 1,5 milliard de dollars. Son patron, Pascal Gauthier s’est déjà fixé l’objectif de 100 milliards de valorisation d’ici cinq ans. Ce qui la transformerait en… hectocorne.

Fait marquant : Ledger est sortie de l’indice Next40 en 2021… pour mieux y revenir en 2022 ?

6. IAD (immobilier) : 364 millions de dollars

Quand IAD a annoncé sa levée de 364 millions de dollars début 2021 , ce réseau d’agences entièrement en ligne ne s’était même pas vanté d’avoir obtenu le statut de licorne, avec 1,4 milliard de dollars de valorisation. L’information a été révélée quelques mois plus tard par « Les Echos » en même temps que l’annonce de son chiffre d’affaires de 406 millions d’euros pour son dernier exercice (clôturé fin juin 2021). Soit une hausse de 43 % par rapport à l’année précédente.

Fait marquant : IAD revendique un peu plus de 4 % des compromis de vente signés en France.

7. ManoMano (e-commerce) : 355 millions de dollars

Les start-up ont majoritairement profité du premier confinement, ManoMano ne dira pas le contraire puisque son activité a explosé au début du premier confinement, en raison notamment de la fermeture des magasins Castorama et Leroy Merlin. Moins de 18 mois plus tard, le spécialiste du bricolage en ligne a bouclé un tour de table de 355 millions de dollars pour une valorisation de 2,6 milliards. Objectifs : recruter 1.000 personnes d’ici fin 2022 et ouvrir de nouvelles catégories de produits.

Fait marquant : en France, près de deux personnes sur trois connaissent désormais ManoMano.

8. Back Market (e-commerce) : 335 millions de dollars

La levée de fonds de 335 millions de dollars de Back Market (pour une valorisation de 3 milliards de dollars) n’a pas été synonyme de fête. Au même moment, le Parlement français débattait d’une redevance appliquée à la vente des produits électroniques reconditionnés… qui a été adoptée quelques mois plus tard par le Sénat. Pas non plus de quoi résigner totalement la place de marché d’appareils électroniques reconditionnés qui compte proposer d’autres produits comme de l’électroménager. Et s’implanter dans de nouveaux pays comme la Corée du Sud.

Fait marquant : Back Market a noué un partenariat avec le fabricant SEB en juillet dernier .

9. Voodoo (jeux vidéo) : 314 millions de dollars

Ce n’est pas la licorne la plus connue mais les jeux vidéo mobiles qu’elle édite le sont davantage à l’instar de « Paper.io », « Snake vs Block » ou encore « Helix Jump ». Ses succès ont tapé dans l’oeil d’investisseurs de renom comme Tencent et Goldman Sachs qui ont participé à son tour de table (montant non communiqué) de 2020. Un an plus tard, c’est au tour du holding d’investissement GBL (Groupe Bruxelles Lambert) d’injecter 266 millions d’euros (314 millions de dollars) dans la pépite française. Nouvelle valorisation : 2 milliards de dollars.

Fait marquant : Voodoo va investir 200 millions de dollars en 2022 dans des studios qui développent des jeux vidéo mobiles basés sur la blockchain.

10. Alan (assurance) : 223 millions de dollar

Alan a été la première start-up française à obtenir un agrément d’assureur. C’est aussi la première assurtech tricolore à devenir licorne (1,7 milliard de dollars) suite à sa levée de fonds de 223 millions de dollars en avril 2021 . Depuis sa création en 2016, la jeune pousse a bien évolué puisqu’elle propose tout un tas de services autour de la santé comme de la télémédecine, une communauté d’aide à la parentalité ou encore une offre autour de la santé mentale ( suite au rachat de la start-up américaine Jour ).

Fait marquant : Alan est arrivé en tête du classement 2021 des start-up les plus attractives de LinkedIn France.

Lien vers l’article